INSPIRATION BLUES

Partager notre passion pour le blues et les musiques d'inspiration blues (rock, blues-rock, soul, jazz, southern rock)---------------------------------------- -- Every day is a good day for the BLUES
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 TERRY CALLIER : RIP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAYLET
Admin
avatar

Messages : 621
Date d'inscription : 20/11/2008
Age : 60
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: TERRY CALLIER : RIP   Ven 2 Nov - 0:38




Il y a des nouvelles plus tristes que d’autres. Et des nouvelles moins médiatisées, aussi. Comme celle-ci, qui me met en peine: Terry Callier est mort dimanche dernier dans sa ville natale de Chicago, des suites d’une longue maladie ont dit ses proches. Il avait 67 ans. Alors que les Etats-Unis ont les yeux rivés sur l’ouragan Sandy et les présidentielles, la nouvelle n’a donc pas fait les gros titres. Peut-être parce que Terry Callier était un chanteur dans le fond inclassable, naviguant avec aisance entre soul, jazz et folk. Mais quiconque a un jour écouté l’un de ses disques a immédiatement succombé à sa voix envoûtante, qu’il utilisait comme un véritable instrument.



Difficile d'imaginer ne plus revoir Terry Callier en concert. Pour ceux qui l'on vu, ils savent de quoi je veux parler.
Ne plus le revoir sur scène avec sa voix de velours et son sens du groove, accompagné de ses musiciens d'exception.
Une voix surnaturelle qui sortait de sa bouche mais qui venait des profondeurs de sa personne, au delà des tripes.
Certes il reste ses albums magnifiques et intemporels. Mais Terry le disait lui-même, c’est sur scène qu’il donnait vraiment sa pleine mesure :

C'est surtout l'improvisation qui est importante. Et cela a toujours été le cas. Indépendamment de comment mes albums ont pu sonner, mes concerts ont toujours été différents. Pour moi, c'est une honte s'ils ressemblent aux disques. J'ai écouté assez de musiciens de jazz, particulièrement des chanteurs, pour comprendre que l'on peut faire autre chose. On n'est pas obligé de reproduire chaque soir les mêmes notes. En plus, les gentlemen avec lesquels je joue actuellement sont totalement acquis à cette cause.(TERRY CALLIER)


Difficile d'imaginer qu'un des plus grands chanteurs de l'histoire ait dû, au milieu de sa carrière, suivre des cours d'informatique et devenir informaticien pour pouvoir élever sa fille et subvenir à ses besoins

Il est impossible d'occulter le business si l'on veut vivre de sa musique! Mais, en termes de créativité, vous pouvez être brillant et ne pas gagner un centime. C'est arrivé à des musiciens, cela arrive encore et cela arrivera toujours. J'ai donc de la chance que des gens achètent mes disques. Cela pourrait changer à tout moment. Plus original vous êtes, moins vous rentrez dans des boîtes, et plus c'est difficile de survivre. (TERRY CALLIER)


Difficile d'imaginer qu'il n'aura jamais vraiment connu le succès
Terry Callier n'a jamais véritablement chercher le succès, sauf peut être une fois, selon lui, avec Dancing Girl.

Difficile d'imaginer qu'il soit mort tout simplement
Un vide, un très grand vide, voila ce que la mort de Terry Callier va laisser.
Il va maintenant s'installer au milieu, sa modestie ne le fera probablement pas aller au centre - il le pourrait, d'un groupe composé de musiciens qu'il admirait : Billie Holliday, John Coltrane, Jimmy Hendrix, Curtis Mayfield





Ce que j'avais posté sur mon site "Inspiration Blues" il y a quelques années :



Terry CALLIER est MA découverte de ces 20 dernières années.

C'est un de mes artistes culte, incontournable, évident. Celui qui vous donne des frissons.

Sa voix a traversé l'enfer, le purgatoire et le paradis. Terry Callier, 59 ans, chante ce qu'il est, ce qu'il a vécu: les abîmes sulfureux du blues, les envols purificateurs du jazz, les incantations de la musique soufie. Enfant prodige, il a 17 ans, lorsque, à l'aube des années 1960, s'accompagnant de sa guitare acoustique, il devient la plus jeune des stars de Chess Records, à côté de Howlin' Wolf et de "Daddy Rolling Stones", alias Muddy Waters. Si la découverte, enfant, de Charlie Parker change le cours de sa vie, celle de John Coltrane le bouleverse. Il a 19 ans et arrête de jouer pendant une année entière. "Je ne pouvais plus toucher à mon instrument", dit il.

A la disparition de Chess Records, Callier signe un contrat chez Elektra. Pourtant, à la fin des années 1970, il se retrouve à nouveau sans maison de disques, bien qu'il continue d'apparaître régulièrement sur scène et sur les ondes. Puis, en un an, il perd tout - "Mon contrat, mes concerts dans les clubs de Chicago, ma femme" - et pointe au chômage avec un enfant à charge. Il enchaîne les métiers: coursier, teinturier... et finit par atterrir à l'université, où il obtient une licence en sociologie. Mais puisque tout - décidément - va à l'envers, il se fait embaucher comme informaticien. Les années passent, son instrument reste posé dans un coin: "Je ne sais pas comment j'ai pu survivre sans musique." Il se voue à la philosophie soufie, survit, prend le nom de Tahleel Terry Callier.

En 1991, la chance lui sourit à nouveau: il reçoit un coup de fil du label anglais Acid Jazz, qui va le remettre en piste. Son style s'est encore dépouillé. Son chant, empreint d'une émotion lasse, a pris un grain voilé, servi par le sobre accompagnement d'excellents musiciens.

Il draine sur chaque concert un public de fidèles, de plus en plus nombreux, qui vient l'écouter chanter ses "histoires d'amour, de foi et d'exil", et se laisser prendre au charme de sa "voie" d'une beauté surnaturelle.



C'est absolument une légende vivante. C'est le ...Messie.




Quelques extraits sur le Net :

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Terry Callier ce week-end, déclare son label Mr Bongo Records. Nous avons eu le plaisir de travailler avec lui sur six albums en l'espace de huit ans, de 2001 à 2009. Ses concerts resteront dans l'histoire, ils ont changé la vie de beaucoup. Nos pensées vont à sa famille et à tous ses fans dans le monde."

Ce nom n’évoque sûrement rien pour beaucoup d’entre vous, et sa disparition n’occupera sûrement pas la même place que celle de Michael Jackson…
« Elle se contentera simplement de teinter la journée de celles et ceux qui prirent un jour le risque de baisser leur garde à l’écoute de sa musique, d’une tristesse diffuse, la même qu’abandonnait dans son sillage cette voix à l’infinie douceur. » (Francis Dordor pour les Inrocks)


Avec sa mort, d’une "longue maladie", le 28 octobre 2012 à seulement 67 ans, le monde ne perd pas seulement un merveilleux musicien et un chanteur à la voix exceptionnelle, mais aussi un être humain profondément bon et modeste, récompensé (pour son album Timepeace) d’un peu banal "Time For Peace award for outstanding artistic achievement contributing to world peace" (en gros "récompense pour sa contribution artistique exceptionnelle à la paix dans le monde") par les Nations Unies elles-mêmes…(musicopoing.com)



“l’art de Callier semble trop subtil, ou trop diplomate, pour une époque dominée par les points de vue politiques et musicaux plus tranchés d’un James Brown, d’un Sly Stone ou d’un Stevie Wonder. Si dans le monde de Terry l’amour ne semble pas avoir de “couleur”, l’air du temps lui se charge bel et bien d’en révéler une sans nuances, celle que revendiquent haut et fort les mouvements radicaux comme le Black Panther Party. Dans ce contexte, Callier devient inaudible.”


En 1996, Callier déclarait : “Je fais partie d'une ancienne génération qui pense que vous ne devez pas juste chanter une chanson devant un public, les gens doivent ressentir quelque chose."


Dans son article « R.I.P Terry CALLIER : disparition d'une voix hypnotique », Le Nouvel Observateur annonce que « Certains albums, une fois écoutés, ne vous quittent plus jamais. Et certaines chansons, une fois la première écoute installée, vous hantent à tout jamais. Sa voix, elle, était immuable, qui portait toujours en elle quelque chose de profondément magique et spectral, d’immédiatement touchant et hantant. Personne ne chantait comme lui et savoir que son chant est désormais celui d’un fantôme, n’en est que plus troublant. L’écouter risque de devenir une religion. RIP ».

"Ce fut l'une des plus belles nuits de ma vie. Un privilège et une grande joie. R.I.P. cher Terry Callier." C'est ainsi que Beth Orton a rendu hommage sur Twitter au musicien Terry Callier

Terry Callier n'est pas un musicien. C'est un homme qui joue de la guitare par pur plaisir. Là où d'autres s'échinent à construire une carrière en vendant leur âme, lui prend les choses comme elles viennent, simplement et tranquillement. Et pourtant, ce guitariste inclassable originaire de Chicago est aujourd'hui adulé des DJs londoniens, et de nombreux artistes tels que Diane Reeves, Ben Harper ou encore Urban Species reconnaissent son talent de compositeur, son sens de la mélopée, l'intemporalité et la simplicité de sa musique que l'on retient.(VODEO)

et pour terminer en musique, le morceau " Love theme from Spartacus" qui me l'a fait découvrir en voiture à 1heure du mat au retour d'un concert. C'était sur RTL (et oui). UN CHOC

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://raylet.forumactif.org
RAYLET
Admin
avatar

Messages : 621
Date d'inscription : 20/11/2008
Age : 60
Localisation : Région Parisienne

MessageSujet: Re: TERRY CALLIER : RIP   Mar 5 Fév - 23:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://raylet.forumactif.org
 
TERRY CALLIER : RIP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ces morceaux devenus des hits (ou pas)... grace à un sample.
» jeux: associations d'idée sur les pochettes
» Terry Callier
» Terry Riley
» Photos de Terry Murphy-Bridge House, Londres, Décembre 1978

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSPIRATION BLUES :: ARTISTES :: STILL WITH US-
Sauter vers: